Sommaire

  • Étape 1 : Déterminez les emplacements possibles pour votre verger
  • Étape 2 : Choisissez vos variétés de fruitiers
  • Étape 3 : Plantez votre verger

Posséder quelques fruitiers semble tout naturel lorsque l'on dispose d'un jardin, mais il faut toutefois adapter la conduite des arbres, le type et le nombre de fruitiers aux dimensions du jardin. Il est possible de mêler les fruitiers au jardin d'ornement pour gagner de la place. Il est en revanche plus délicat d'incorporer des fruitiers au potager car ce dernier a besoin d'un maximum d'ensoleillement pour prospérer sous nos climats.

Voici comment planter un verger.

 

1. Déterminez les emplacements possibles pour votre verger

  • Plantez des piquets pour visualiser le nombre d'arbres que vous pouvez planter et la place occupée.
  • Si votre jardin est de faible taille, il importe de déterminer tous les emplacements disponibles, suffisamment ensoleillés (4 heures par jour minimum) et abrités du vent pour accueillir un arbre fruitier. Envisagez toutes les conduites possibles comme :
    • la conduite en espalier (pommier, poirier, pêcher), contre un mur ensoleillé ou le long de fils de fer tendus (recommandé dans un petit espace) ;
    • la conduite en fuseau (poirier) ;
    • la conduite d'arbres de plein vent ou en gobelet, plus productive, qui demande moins d'entretien mais requiert plus de place ;
    • les fruitiers nains à cultiver en pot ou pleine terre.
  • Dans un jardin de plus de 2000 m², il est possible de planter un ensemble d'arbres de plein vent en tige ou demi-tige ou bien en gobelet, alignés et distants d'au moins 5 m pour éviter la concurrence.

2. Choisissez vos variétés de fruitiers

Qui dit verger dit groupe de fruitiers. Choisissez dans un premier temps les fruits que vous aimeriez produire. Prenez conseil auprès de votre voisinage sur les fruitiers qui prospèrent bien chez vous. Cela dépend du sol, du climat et des conditions particulières de votre jardin (mur, exposition, vallée, pente, terrasses, sol déjà cultivé ou non…). N'oubliez pas les petits fruits (framboise, myrtille, mûre, fraise…) qui occupent moins de place.

  • Pour un premier verger, il est important de s'orienter vers des variétés faciles à conduire au niveau de la taille de fructification, en particulier. Le gobelet, le fuseau et l'arbre de plein vent demandent moins de taille qu'un arbre palissé, en tout cas au niveau de la fréquence. Les pommiers de type « spur » offrent un plus grand rendement pour un faible développement grâce à la production de nombreux rameaux courts fructifères. La conduite en axe libre de pommiers et poiriers greffés sur porte-greffes nanifiants est une technique d'arcure qui s'affranchit de la taille.
  •  Choisissez également des variétés résistantes aux maladies les plus fréquentes, bêtes noires du verger :
    • La cloque défigure le feuillage du pêcher et l’affaiblit.
    • La moniliose momifient chaque année un peu plus les pommes, poires, prunes et abricots sur l’arbre.
    • La tavelure marque de petites taches brunes les fruits et le feuillage des pommiers et poiriers.
    • Le feu bactérien qui dessèche l'arbre brutalement n'a pas de traitement. Chez le poirier, évitez les variétés très sensibles comme 'Conférence', 'Passe-Crassane', 'Doyenné du Comice' et chez le pommier 'Gala', 'Idared', 'Golden' et 'Granny Smith'.
    • La sharka, maladie à virus incurable transmise par les pucerons, affecte principalement les cerisiers et les pruniers.
  • Certains fruitiers ont besoin d'une autre variété qui fleurit en même temps pour assurer une pollinisation croisée. Si vous n'avez la place que pour une seule variété, assurez-vous qu'elle soit autofertile. La proximité d'autres vergers peut cependant pallier l'absence de variété compatible dans votre jardin.

3. Plantez votre verger

La période entre l'automne (après la chute des feuilles) et mars est la meilleure pour installer vos fruitiers, qu'ils soient en racines nues, en motte ou en conteneur. Évitez cependant les périodes de gel.

  • Quelques jours à quelques semaines avant la plantation, creusez à l'aide d'une bêche des fosses 3 fois plus larges que le diamètre des mottes.
  • Pendant ce temps, placez vos arbres ou arbustes en racines nues en jauge pour ne pas que les racines se dessèchent. Arrosez les conteneurs au besoin.
  • Amendez le sol avec du fumier composté, du terreau, ou du compost additionné d'engrais de fond (apport de potassium et phosphore au niveau des racines).
  • Prévoyez de quelle façon vous allez tuteurer chacun des arbres : piquets, fil de fer et piliers en béton pour palisser, liens souples pour lier au tuteur…
  • Passez à la plantation des arbres. Évitez de tailler les branches, sauf si elles sont cassées ou malades, afin de ne pas rajouter du stress et n'oubliez pas de bien arroser la cuvette de plantation. Vous débuterez la taille en juin ou l'hiver suivant.
  • Le pied des fruitiers peut être garni de vivaces comme des fraisiers mais attendez 2-3 ans avant de les planter afin de ne pas entrer en concurrence avec le fruitier au moment de sa reprise.

Matériel nécessaire pour planter un verger

Imprimer
Arrosoir sans pomme

Arrosoir sans pomme

5 € environ

Bêche

Bêche

6 € environ

Compost

Compost

Environ 8 € le sac de 50 litres ou maison

Engrais

Engrais

6 € le sac de 20 kg

Fil de fer

Fil de fer

10 € pour 30 m

Liens universels

Liens universels

5 € les 25

Piquets en bois

Piquets en bois

À partir de 1 € l'unité

Terreau

Terreau

À partir de 6 € les 50 L

Aussi dans la rubrique :

Plantation du verger

Sommaire