Sommaire

  • Zoom sur les maladies et parasites de l’abricotier
  • Étape 1 : Traitements conventionnels de l’abricotier
  • Étape 2 : Traitements biologiques de l’abricotier
  • Étape 3 : Protégez l'abricotier des carpocapses

Comme les autres fruitiers, l’abricotier est sujet à des attaques de maladies et de parasites qui peuvent aller jusqu’à compromettre la récolte. Il est par conséquent nécessaire de le traiter de façon préventive. Bien appliqué, au bon moment, un bon programme de traitement de l’abricotier vous permettra dans la majorité des cas d’obtenir des fruits abondants et sains, sans attaque majeure de maladies ou de parasites.

Voici en détail tous les traitements de l’abricotier.

Zoom sur les maladies et parasites de l’abricotier

L’abricotier est sujet à quatre principales maladies cryptogamiques (causées par des champignons) :

  • La moniliose s’attaque principalement aux fruits, qui présentent une pourriture marron, avec des pustules blanches. Ensuite ils se momifient, restant attachés aux branches si on ne les fait pas tomber.
  • La cloque s’attaque principalement aux feuilles, qui se déforment et se couvrent de grosses cloques virant au rouge avec le temps.
  • La tavelure s’attaque principalement aux fruits, qui se déforment, présentent des crevasses et se couvrent d’un léger feutrage brun.
  • L’oïdium s’attaque d’abord aux fruits, qui présentent des taches blanchâtres, auréolées de rouge, qui finissent par devenir brunes et sèches. Ensuite, les feuilles présentent des taches blanchâtres sur leur face supérieure, avant de se recroqueviller.

En ce qui concerne les parasites, l’abricotier est principalement sujet aux attaques de cochenilles, acariens rouges, pucerons et carpocapses.

1. Traitements conventionnels de l’abricotier

Pulvérisez de la bouillie bordelaise contre la moniliose et la cloque

La bouillie bordelaise est le traitement le plus classique utilisé en prévention des maladies cryptogamiques de l’abricotier, en particulier les deux plus redoutables : la moniliose et la cloque.

Pulvérisez une solution de 10 g de bouillie bordelaise par litre sur l’ensemble de la ramure, au moins 2 fois par an :

  • Traitez une première fois en automne, lorsque les dernières feuilles sont tombées. Avant de traiter, prenez la précaution de débarrasser les arbres d’éventuels fruits momifiés, de ratisser toutes les feuilles tombées au sol et de brûler tous ces déchets.
  • Traitez une seconde fois en fin d’hiver/début de printemps :
    • Traitez au débourrement (gonflement des bourgeons, avant leur éclosion).
    • Si le printemps est très humide, répétez le traitement 1 ou 2 fois à 15 jours d’intervalle.
  • Traitez éventuellement une troisième fois, lorsque les fruits atteignent la taille d’un noyau de cerise : il s’agit d’un traitement complémentaire contre la tavelure.

Utilisez le blanc arboricole ou lait de chaux contre les parasites et champignons

Le « lait de chaux » ou « blanc arboricole » est antiparasitaire et antifongique. Il permet à la fois de détruire les parasites et les champignons microscopiques nichant sous et dans les replis de l’écorce et de prévenir la cloque, la moniliose et la tavelure.

En pratique, chaulez le tronc des abricotiers en fin d'hiver.

Traitez l'abricotier à l’huile insecticide (huile blanche)

L’huile blanche est une huile insecticide à base de paraffine, utilisée pour éliminer les parasites (cochenilles, acariens rouges, pucerons) installés dans les anfractuosités de l’écorce et prévenir une réinfestation. Dans une moindre mesure, elle a aussi une action fongicide sur les champignons microscopiques qui peuvent avoir subsisté dans les anfractuosités de l’écorce.

Le traitement à l'huile blanche est une alternative au traitement au lait de chaux. Si vous n’avez pas l’habitude de chauler vos arbres fruitiers, appliquez de l’huile blanche 2 fois au cours de l’hiver, en décembre et en février.

Traitez l'abricotier avec du soufre mouillable contre la tavelure

En prévention de la tavelure, vous pouvez appliquer un traitement complémentaire à base de pulvérisations de soufre mouillable :

  • Diluez à raison de 6 g pour 10 litres d’eau.
  • Pulvérisez juste avant la floraison, puis toutes les 2 à 3 semaines jusqu'à fin juillet (ou plus souvent en cas de fortes pluies).

2. Traitements biologiques de l’abricotier

Décoction de prêle et purin d'ortie

Si vous souhaitez renforcer l’efficacité de la bouillie bordelaise ou diminuer les doses utilisées, pulvérisez régulièrement à partir de la floraison l’une de ces deux préparations, particulièrement efficaces en prévention contre la tavelure et l'oïdium :

  • décoction de prêle ;
  • purin d’ortie.

Infusion de raifort

En prévention de la moniliose, vous pouvez remplacer la bouillie bordelaise par une infusion de raifort.

3. Protégez l'abricotier des carpocapses

Contre les carpocapses qui attaquent fréquemment l’abricotier, il n’existe pas de produit de lutte directe. Recourez à d’autres méthodes :

  • Posez des bandes de carton ondulé autour des troncs pour capturer les larves de carpocapses.
  • Posez des pièges à phéromones mi-avril et renouvelez leur plaque engluée et la capsule de phéromones toutes les 5 à 6 semaines jusqu’en août compris.
  • Pratiquez éventuellement l’ensachage des fruits.

Matériel nécessaire pour le traitement de l'abricotier

Imprimer
Bouillie bordelaise

Bouillie bordelaise

Environ 10 € les 500 g

Décoction de prêle

Décoction de prêle

Environ 10 € le litre ou fait maison

Purin d'orties

Purin d'orties

À partir de 4 € ou fait maison

Ces articles concernent aussi l'étape "Entretien du verger" :

Voir les 58 articles

Aussi dans la rubrique :

Entretien du verger

Sommaire

Quel est le calendrier de l'entretien d'un verger ?

Entretien arbres fruitiers

Comment nourrir ses arbres fruitiers ?

Engrais arbre fruitier

Comment arroser ses arbres fruitiers ?

Arrosage des arbres fruitiers

Comment prévenir et traiter les maladies de ses arbres fruitiers ?

Traitement arbres fruitiers Maladie arbre fruitier

Divers

Voir 3 articles de plus